【SEGA❤︎SATURN】27 ans d’espace-mémoire inclus dedans

(Yumimi est fort choupi, dans ma todo du week-end.)
Et oui, le Tactics Ogre semble être un bon candidat pour une loca « facile », avec la version PS1 US comme base façon Ogre ou Vandal Heart, en attendant le Tactic Ogre: Reborn dont la marque a été déposée fin mars.

Si comme moi vous êtes perdu, l’article résume d’ailleurs la chronologie de la série:

  • Ogre Battle: The March of the Black Queen (SNES, PlayStation, Saturn) – March 1993
  • Tactics Ogre: Let Us Cling Together (SNES, Saturn, PlayStation) – October 1995
  • Ogre Battle 64: Person of Lordly Caliber (Nintendo 64) – July 1999
  • Ogre Battle Gaiden: Prince of Zenobia (NEOGEO Pocket Color) – June 2000
  • Tactics Ogre: The Knight of Lodis (GBA) – June 2001
  • Tactics Ogre: Let Us Cling Together remake (PSP) – November 2010

1 « J'aime »

Le Sega Rally photométrique sur UE5 avance bien.

Parcouru ce matin, bonheur. Non seulement le travail de localisation est fignolé à un point rare (il faut d’ailleurs lire le Readme pour comprendre le process ainsi que certains refs culturelles très très ciblées) mais cet anime interactif renferme un peu de l’insouciance débile et joyeuse des années 80’s, entre Le Collège Fou Fou Fou et Lamu, ce qui fait toujours beaucoup de bien.

L’histoire se boucle en un peu moins d’1h30, ce qui est appréciable.
Pas sûr de le refaire pour étudier ses branches alternatives mais j’en garderai un excellent souvenir.

Je ne sais pas si vous vous rappelez cette histoire qui date du forum précédent mais, il y a environ deux ans, un Japonais s’était mis en tête de traduire (assez maladroitement), via des vidéos Youtube sous-titrées en anglais, l’intégralité du scénario de Marica, un RPG dans un univers contemporain à mi-chemin entre Magic Knight RayEarth et X-Files (ou PSYCHIC GIRLS FIGHT TERRORISTS! comme exprimé dans la première vidéo). Il se trouve qu’il a fini son périple ce week-end, après 21 vidéos, qui se tapent généralement moins de cent vues chacune. Je trouve ça assez admirable.

1 « J'aime »

Top 10 des meilleures chaises de la SegaSaturn réclamé par un fan anonyme de la console :

#10

Évidemment, les trônes de grands méchants sont souvent mémorables et sont probablement les premiers exemples qui viennent en tête quand on se pose ce genre de question admirable. Prenez par exemple le trône du shōgun dans Grandia et regardez-moi comment il se la pète. L’histoire démarre littéralement avec un projo braqué sur lui. Quel boulard !

#9

Je lui préfère les héros discrets du petit peuple. Prenez le tabouret du Maximum Bar de Dee-Jay dans Pocket Fighter.

… Non, pas le veinard sur lequel sautille Cammy. Celui sur lequel est assis E. Honda. Comment fait-il pour soutenir un tel poids !? Il est fabriqué en adamantium, ma parole ? Littéralement, devant nous, le courage du prolétariat écrasé par la bourgeoisie. Kolin, réveille-toi !

#8

Mais les meilleurs sièges sont peut-être ceux qui savent se faire oublier, comme la chaise de bureau de Jonathan Ingram, dans la première scène de Policenauts. On la remarque à peine, et pourtant quel boulot : elle se laisse basculer pour lui permettre sa pose iconique, les baskets sur le bureau, mais c’est les fesses vissées sur elle qu’on passe ensuite les cinq premières minutes de l’aventure.

#7

Bon ! Passons aux choses sérieuses : les sièges prépondérants dans l’intrigue. Wangan Dead Heat + Real Arrange ne serait qu’un (chouette et accessible) jeu d’arcade comme un autre…

… Si le but véritable du jeu n’était pas de draguer une des cinq gravures de mode encodées en MPEG sur le siège-passager !

#6

Que dire alors de la chaise sur laquelle est assis ce brave Marcus, dans Enemy Zero ! OK, notre ami n’a plus toute sa tête, mais si le mobilier du Nostromo AKI n’était pas aussi bien moulé et rembourré, Marcus serait certainement affalé par terre, hors-champ, et on aurait tout loupé.

#5

En parlant de mobilier qui fait tout le boulot, le trône de l’Empereur dans Panzer Dragoon Saga est assez fantastique. Déjà, on pige rien au départ de la scène. On voit la Capitale se faire pulvériser, puis l’Empereur en parler peinard comme s’il avait juste chopé un mauvais rhume. Même pas une égratignure ? Qu’est-ce qui se passe ? Cette scène d’exposition doit à la fois communiquer la corruption et la bassesse de l’Empereur, une espèce d’Iznogoud qui aurait réussi, mais aussi son pouvoir et sa malice.

Le jeu y arrive en juxtaposant son corps chétif et repoussant avec un gigantesque trône en lévitation, imposant et mystérieux, constamment en contre-jour comme pour mieux appuyer la fourberie du bonhomme. Avant de finir la scène sur la révélation qui explique tout : l’empereur lévite en fait dans une gigantesque forteresse volante, loin de tout danger et des communs tracas de son peuple désormais calciné. Un sacré moment de mise-en-scène.

#4

Dark Savior a littéralement tout un donjon qui consiste à sauver une damsel in distress attachée à une chaise en la trimballant bon gré mal gré de salle en salle. Dark Savior est fantastique.

#3

Difficile de faire plus iconique que le speech de Dracula dans le prologue de Akumajō Dracula X: Gekka no Yasōkyoku

… Mais en fait, il y a plein de mobilier et notamment de chaises et fauteuils intéressants et mémorables dans le jeu, dans des styles très divers. Comme le fauteuil du pépé de la bibliothèque, qui a l’air super confortable.

Toutefois, je classe le jeu si haut dans ce top car (désolé l’encodage est pas ouf’) la version Saturn – et elle seule – contient surtout ceci.

#2

On passe environ un tiers de Sakura Taisen à déambuler dans les couloirs du Daiteikokugekijō, le Grand Théâtre Impérial qui sert de base secrète aux héroïnes, les membres du Hanagumi. Une grosse partie de cette carte est remplie, au rez-de-chaussée, par la salle de théâtre et ses multiples rangées de fauteuils vides (vu que, généralement, on se balade là-bas entre les représentations).

Cela peut paraître anecdotique, voire de l’espace gâché, mais ces quelques sièges et strapontins sont en fait toute l’âme de Sakura Taisen, et la raison d’être du Hanagumi. Si l’on entraîne et éduque si sévèrement ces demoiselles, c’est pour qu’elles remplissent ces sièges. Car les pièces qu’elles jouent drainent certes la foule au théâtre en temps de paix, mais les robots qu’elles pilotent protègent secrètement le même peuple de Tokyo quand le danger approche. Si les filles échouent, d’un côté ou de l’autre de leur double-vie, ces fauteuils seront vides. Voilà le message subliminal que nous laissent par leur présence silencieuse les modestes rangées du théâtre de Sakura Taisen, et je trouve ça vachement beau. Mais moins beau que…

#1

Geese Howard must go.

7 « J'aime »

Il l’a fait :rofl:

Résumé

(J’avais tout prévu)

La Saturn aussi !

image

#mister donc, c’est pas encore ça mais c’est un bon début.

L’effort est colossal vu l’architecture de la bête (et la guerre en Ukraine) mais le truc qui me chagrine d’avance, c’est qu’il y a peu de chance pour que srg320 se penche sur une fonctionnalité de save-states. En tout cas, aucun de ses cores (SNES, MD, 32X, etc.) n’en possède et c’est pourtant le truc qui va me manquer le plus… Je pense notamment aux longues parties de Vandal Hearts ou Taromaru que je me faisais une joie d’imaginer interrompre et reprendre à ma guise.

#PartyPooper

Vandal Hearts, pourquoi pas mais comment tu te débrouilles pour faire des【longues】parties de Tarōmaru ? What is going on up there!? comme dirait mon sphincter.

Ce n’est pas long dans l’absolu mais j’ai avec ce jeu le syndrome Gradius V où je fatigue et sature rapidement. C’est dense, ça explose de partout (SFX & VFX) sans même parler de la fatigue musculaire à marteler les boutons… J’aimerais parfois couper ma partie pour la reprendre l’esprit frais quelques heures plus tard.

Marrant parce que je pense que ce qui te perturbe est justement une des particularités intéressantes du jeu : il se déroule plus ou moins en un seul plan-séquence de bout en bout (en tout cas sans aucun écran de transition de stages habituel).

D’ailleurs ce n’est pas un shmup mais dans l’absolu Tarōmaru est un jeu qui correspond assez bien à la requête de @Pierre il y a quelques semaines. Par contre, y a pas de chaise.

Ah intéressant je connaissais pas Taromaru. [HS]En vérité, tous genres confondus, y a un certain nombre de jeux en plan-séquence (si on meurt pas) : les deux Half-Life, Metal Gear Solid V : Ground Zeroes, God of War 2018… C’est une idée que j’aime beaucoup : lorsqu’un monde cohérent se déploie devant nos yeux de manière continue, comme le ferait un lieu existant, le sentiment d’immersion, de « téléprésence » s’en trouve souvent décuplé.[HS]

Oui je me doute et je connais ton affect avec Half-Life 2 mais, pour reprendre ta question sur Layer Section, je repensais surtout au contexte assez spécifique des quelques jeux d’arcade qui se mettraient en scène de la même manière à l’époque, faisant fi de la grammaire habituelle des stages.

C’est assez rare dans le STG mais il y a effectivement quelques jeux d’action comme Tarōmaru (pour le coup c’est une exclu Saturn mais le jeu visait au départ une version STV) qui optent pour ce genre de fil continu, sans même une démarcation induite du genre « on te montre ton progrès sur une carte ».

Ça ne saute pas aux yeux car c’est complètement intuitif mais l’exemple le plus marquant de plan-séquence et temps réel reste je pense Minecraft, puisque la seule ellipse possible est diégétique (quand on va se coucher).

Encore une vidéo assez géniale du Caravan Stage de 1996, avec cette fois une grosse partie d’un tournoi Nikobompycs ‘96 à Okayama dont le vainqueur repart avec une Saturn et Saturn Bomberman sous le bras. Mais surtout, plein de sous-titres anglais pour les commentaires des MC et du staff de Hudson qui filmait.

La playlist a été mise à jour avec une (excellente) troisième vidéo de 100 morceaux pour quatre heures supplémentaires de musique.

Flipgrip pour Saturn Portable: cœur avec les doigts.


(@Kanu Il vit sa meilleure vie, le brave gars.)

Encore des progrès dans la modernisation des titres jouables en ligne sur Saturn, pour ne plus être dépendant du VoIP.

image

[Priorité au direct]
Neuf ans après son commencement, la loca anglaise de Princess Crown continue.

image

Aucune autre info croustillante à partager hormis ce post de l’auteur, le bien-nommé Cyber Warrior X, indiquant en février dernier que la routurne tournera bien un jour malgré les rumeurs d’abandon.

Sorry for the radio silence on my end. Just to clarify so it doesn’t get wings the story seems to originate from NeoGAF where it seems they misunderstood an earlier post dealing with the aftermath of my father’s passing from a few years ago as a current affair.

GitHub project was an old build that I haven’t updated in a long time since I’ve been using a private repository for a while now. So I decided there was no real point in keeping it up.

The current hold up is basically trying to juggle working on this with my work life. Source

Voilà, voilà.
A bientôt pour un nouveau fil d’actu tiède!

1 « J'aime »