[Ciné/Docu/TV/Streaming] C'est Michael Bay et Don Draper qui rentrent dans un bar

Où l’on parle de films, de séries, de docus et télé de papa pour les plus aventureux.

Mon objectif numéro #1 de ce weekend :

From the moment Zeytin makes her first appearance in Elizabeth Lo’s feature Stray, there is no doubt you are in the presence of a unique spirit. As she surveys an Istanbul side street at dawn, her features are alert, her gaze is uncompromising and her deep, dark eyes sparkle with intelligence. There’s something of Katharine Hepburn in The African Queen about her, or maybe Brad Pitt in one of his less kempt moments. But non-dog comparisons don’t do her justice. This is one indomitable bitch.

Lo first encountered Zeytin and her friend Nazar on a 2017 casting trip to Turkey, and knew immediately that she had found the star she was looking for – which is to say, a dog who could carry a human film. “We were wandering through a busy underground tunnel filled with people when suddenly these two giant stray dogs streaked past us,” she says. “They were running with such a sense of purpose and it was so intriguing. What appointments did these dogs have to keep?”

Lo and her small crew of Turkish co-producers ended up tailing Zeytin, Nazar and another dog, Kartal, to all of their appointments around Istanbul for a period of over two years, trying to answer that question. Her documentary, filmed entirely at dog-height and given an immersive soundtrack by the sound artist Ernst Karel, reveals a rich social calendar, as the dogs trot to meetings with fishers on the Galata Bridge, lunches with refuse collectors on the Istiklal Caddesi, brisk liaisons with male dogs and long nights sleeping on construction sites with Jamil, Halil and Aliof, three refugees from Aleppo.

2 J'aime

Comme mise en bouche, pourquoi pas ce docu sur les clébards, qui évoque notamment la « déportation » des chiens d’Istanbul au début du 20e ?

3 J'aime

Une suite qui aura mis son temps (c’est pas encore joué ceci dit)…

Sur Arte en ce moment, un doc français de 2019 sur Kitano.

Son site officiel parle de distribution de Beatcoins. :heart:
J’apprends aussi qu’il tourne actuellement un nouveau film, dans la veine de Zatoichi.

2 J'aime

Eh beh. Espérons que la BO soit aussi réussie.

Série classique au Japon : existe
Anno Hideaki : Je vais ajouter Shin à son titre

1 J'aime

Wrong kamen. Ça aurait dû être Glass no Kamen,

OMG ! Je savais que ça finirait par arriver ! L’excellent Documental de Matsumoto va être adapté en français et ça va s’appeler « qui rit, sort ». Ils ont repris tous les codes, même la punchline de Tarik vient des originaux.

On va bien voir si les français iront jusqu’aux limites japonaises.

J’espère que ça poussera Amazon à pousser les autres saisons japonaise parce qu’ils sont toujours bloqués sur la 3ème.

Vivement le prochain concept

1 J'aime

Je rattrapais méga-à la bourre la bande-annonce 18+ (sans grande raison) de The Suicide Squad et je ne peux pas dire que je sois convaincu par les vannes mais James Gunn a vraiment le chic pour s’entourer avec les alchimistes de bande-sons, ici Dirty Work de Steely Dan qui avait probablement loupé de peu une apparition dans Guardians of the Galaxy 1 ou 2.

Ce qui me sert sur un plateau une excuse pour conseiller un autre film dans lequel Dirty Work apparaît : le documentaire délicieusement partial et complaisant The Kid Stays in the Picture (2002) sur la vie mouvementée de Robert Evans, raconté par Evans lui-même. Réalisé avec un style visuel assez marquant à base de B-Rolls de tournages et de photo-montages mêlant photos d’époque scannées sur des recompositions vidéo ; un bon boulot de Nanette Burstein et Brett Morgen mais quand même soutenu à bout de bras par la voix langoureuse d’Evans et la bande-son. Le compositeur Jeff Dana a d’ailleurs balancé lui-même la chouette B.O. du film sur Youtube et c’est un vrai plaisir pour bosser.

Encore mieux si vous avez un niveau d’anglais correct : la version audiobook de l’autobiographie dont le film est tiré, encore une fois narrée par Evans lui-même avec des digressions en pleine lecture pour rajouter de nouvelles anecdotes gratuit cousin. On la trouve sur Amazon (et manifestement sur Youtube si vous faites peu de cas du droit d’auteur mais bon). Les passages sur Polanski ont probablement très mal vieilli, même s’il en prenait déjà un peu pour son grade à l’époque. Mais on a presque du bol que ce truc fut tourné pré-#MeToo car certains passages, du film comme du bouquin, auraient probablement été filtrés au montage aujourd’hui.

Et puisque Thanos a effacé l’ancien Boulette de l’univers, je réitère au passage mon pari que Blinded by the Light sera dans la B.O. du prochain Guardians of the Galaxy.