[ Informatique ] Le topic de l'aide à la personne

Mini galère ces derniers jours. Je cherche un logiciel Windows léger qui me permettrait de naviguer facilement entre plusieurs images et de les annoter avec des traits/flèches.

J’utilise ce bon vieux « capture d’écran et croquis » sur Windows 10 pour l’instant, ça répond exactement à mon besoin sauf qu’il manque le défilement d’images (on ne peut balancer qu’une seule image à la fois).

Le besoin est simple mais impossible de trouver la perle rare, en gratuit comme en payant. J’ai l’impression d’être teubé.

Boulette dans ta miséricorde, aurais-tu une idée ? :vache:

XNView, browser d’images, a une fonction de dessin (très basique).
Mais ça va modifier ton image originale (et il va donc la re-sauvegarder).

Autrement, tu fais un PowerPoint (ou autre du genre) et tu mets une image (que tu veux annoter) par diapo ?

1 « J'aime »

Je rebondis sur ChatGPT : étant enseignant à la fac, on commence à en voir les effets:
-dossiers rédigés via le programme (tous légèrement différents mais évidemment la forme et le ton portent la « marque » de l’usage du programme, surtout pour les étudiants qui par ailleurs rendent des copies catastrophiques-notamment au niveau du français)
-réponses aux QCM (après vérification, sur des QCM assez simples type « choisir la bonne réponse », il suffit de copier-coller la question et les réponses dans chatGPT pour qu’il donne la bonne).

Evidemment on est embêtés, d’autant qu’avec la généralisation du distanciel et de l’usage des outils numériques, les évaluations en ligne se sont généralisées.

2 « J'aime »

Ah c’est interessant. Quelle serait la parade selon toi?

Je ne sais pas trop alors j’ai demandé à chatGPT:

comment éviter que les étudiants trichent aux QCM en ligne en t’utilisant pour répondre aux questions?

Il y a plusieurs façons d’éviter que les étudiants trichent en utilisant des programmes tels que moi pour répondre aux questions d’un QCM en ligne. Voici quelques-unes des options les plus courantes :

  1. Utiliser des logiciels de détection de triche pour détecter les tentatives de triche en utilisant des programmes tels que moi.
  2. Utiliser des questions à choix multiples qui nécessitent une connaissance approfondie du sujet pour être résolues, plutôt que des questions ouvertes qui peuvent être facilement recherchées en ligne.
  3. Utiliser des questions aléatoires pour empêcher les étudiants de partager les réponses entre eux.
  4. Utiliser des questions à réponses courtes pour éviter que les étudiants ne copient-collent des réponses d’un moteur de recherche.
  5. Utiliser des système de surveillance à distance pour identifier les étudiants qui utilisent des programmes externes.
  6. Utiliser des questions à réponse personnelle.

Il est important de noter que l’utilisation de ces méthodes ne garantit pas à 100% l’évitement de la triche, il est cependant important d’utiliser une combinaison de ces méthodes pour minimiser les risques.

Pas top ses conseils… :sweat_smile:
Si vous avez de meilleures suggestions je suis preneur!

Plus sérieusement, c’est assez compliqué j’ai l’impression.
Il y a effectivement la manière d’organiser les questions (plus ou moins ouvertes, phrases découpées à reconstituer, plusieurs options justes, etc), mais du peu que j’en ai vu, l’appli s’en sort quand même dans 1/3 des cas environ. Pour un mauvais étudiant c’est déjà 7/20 sans rien faire ^^

Il y a des navigateurs protégés qui empêchent de changer de fenêtre, mais ce sont des programmes que les étudiants doivent installer sur leur ordinateur avec tous les problèmes logistiques qui vont avec (étudiants plus ou moins doués, ayant accès à un ordinateur sur lequel ils puissent installer un programme VS bibliothèques etc, et certains répondent aux QCM depuis leur smartphone).

De toute façon, j’imagine que l’appli va sans doute proposer d’ici peu la possibilité de lui envoyer des fichiers, donc il suffira de lui envoyer une photo de la question et c’est retour à la case départ…
(on me souffle qu’un iphone peut déjà convertir instantanément une photo d’un texte en texte copiable, donc c’est déjà mort).

J’ai déjà ce type de problèmes avec les exercices de traduction à rendre (une partie des étudiants les fait faire par google trad ou deepl, même si évidemment ça ne les aide en rien à réussir le jour de l’examen sur table, et ça n’apprend pas le vocabulaire et les sinogrammes à leur place…)

Bref, à part revenir à du tout analogique en salles, je ne vois pas trop de solution miracle.
Evidemment, c’est un poids logistique conséquent (dispos des salles, surveillances, corrections le cas échéant., d’autant qu’on a vraiment beaucoup d’étudiants.

5 « J'aime »

Tu as essayé les outils de détection de texte générés par une IA, du genre GPTZero ?

http://gptzero.me/

C’est ce que j’ai montré à mon fils (14 ans, branleur intersidéral), qui me disait qu’il allait dorénavant faire rédiger ses devoirs par ChatGPT justement. Je lui ai affirmé que TOUS SES PROFS avaient GPTZero en marque page, évidemment.

Il m’a cru pour l’instant.

Putain on est mal.

3 « J'aime »

Merci!
Mais je viens de lui donner 2 fausses dissertations et une traduction réalisée via google trad, et dans les 3 cas il me dit « your text is likely human generated »…

Bref, continue à bluffer avec ton fils, c’est la seule solution jusqu’à ce que l’appli progresse!

Ah zut bien désolé, même si pas vraiment étonnant : le glaive est généralement plus fort que le bouclier, et surtout le mec a sorti ca en une nuit y’a 15j versus des années de dev pour ChatGPT.

A mon avis il faudrait surtout que les IA puissent être watermarkées, un peu comme ont fait les fabricants d’imprimantes pour pouvoir identifier chaque lettre anonyme (ca rajoute sur chaque page une stégano unique), ou carrément le mode Berzerk qu’ils ont enclenché avec les billets de banque (je viens de revérifier avec mon imprimante/scanner et un billet de 10€ : elle refuse de le scanner en 200dpi).

Je crois que c’est déjà en cours, et ils prévoient d’après ce que j’ai lu (je retrouve pas la source désolé) d’inclure bientôt des marqueurs pour aider à l’identification postérieure. Maintenant, coder ca sur des fichiers txt, ca réduit pas mal les options.

2 « J'aime »

Je vois surtout une course à l’armement évolutionnaire entre IA et contre-IA dans la production et la détection de contenus frauduleux. On pourrait aussi imaginer un cadre légal, mais vu la vitesse avec laquelle ces technologies se développent, il faudra sans doute plusieurs années avant que cela n’arrive. L’Europe a mis 10 ans à rattraper les GAFAM avec les législations GDPR and DSA, et on commence tout juste à voir les premiers gestes en direction d’un encadrement des cryptomonnaies, 8 ans après l’arrivée de Bitcoin.

Surtout que le potentiel de « disruption » qui s’annonce est non seulement bien plus grand, mais surtout on a encore aucune idée où cela va se matérialiser dans la société et l’économie, ni à quelle vitesse. On aura aussi sans doute moins en moins de contrôle sur les impacts potentiels, vu la complexité des modèles actuels, dont les outputs sont déjà devenus des boites noires pour leurs concepteurs, et qui pourront évidemment être abusés en input par des petits malins.

Il y a un contre très simple contre ChatGPT, donner des devoirs QUE sur ce qu’il s’est passé après 2021, et là tous les mioches seront bien feintés.

La première question c’est : combien tu as d’élèves à évaluer par session ?

Je me souviens que quand je donnais des cours d’histoire du jeu vidéo dans une école privée, j’avais instauré la politique Naruto : vous avez parfaitement le droit de tricher, mais soyez de bons ninjas, parce que si jamais je vois le subterfuge, c’est zéro. Et très vite la classe s’était rapidement divisée en deux : les bons élèves (qui parfois étaient aussi de bons ninjas) et les mauvais ninjas (qui étaient souvent de mauvais élèves).

Vu que les PC étaient autorisés en cours et que la triche était déjà largement institutionnalisée, je leur demandais chaque année d’être évalués sur un jeu de rôle en classe (ils devaient faire trois équipes, une Nintendo, une Sony, et une Sega ou Microsoft selon l’époque choisie) et ils devaient constituer une équipe de commerciaux, chacun spécialiste dans un domaine (la ludothèque, le hardware, la stratégie commerciale, etc.) devant me convaincre d’achalander mes rayons avec leur console plutôt que celle des concurrents. Pour une fois ça ne pénalisait pas ceux qui n’étaient pas nécessairement bons en rédaction, ça les obligeait à taffer en s’immergeant dans le sujet, il n’y avait pas vraiment de copies toutes faites en ligne, et franchement c’était assez poilant pour eux comme pour moi. Je me demande dans quelle mesure ChatGPT serait capable de foutre en l’air ce genre d’approche aujourd’hui. Bien sûr, ça marchait parce que j’avais 70 étudiants répartis en trois classes, pas un amphi de 300 à noter, mais je suis sûr qu’on peut imaginer des trucs rigolos autour du manga aussi, genre « Imaginez que vous participez à un concours de jeune mangaka de la Shueisha en 1986. Présentez votre projet et expliquez au rédacteur en chef pourquoi vous pensez que grâce à vous il va booster ses ventes (dessins appréciés) ». Après c’est pas très halal d’un point de vue de l’université française, j’avoue.

Sinon un truc qui marchait extrêmement bien aussi, c’était de leur demander de corriger des textes volontairement remplis d’erreurs, parfois grotesques, parfois sournoises. Aucune idée de ce que ça donnerait également avec ChatGPT.

En tout cas l’impression que j’ai, même si je n’enseigne plus aujourd’hui, c’est qu’il existe pas mal de parades, mais qui consistent moins à vouloir absolument piéger ChatGPT qu’à décentrer le système classique d’évaluation française basé sur un texte écrit érudit à rendre, de manière très verticale, dans une logique de démonstration de savoir un peu plan-plan.

Sinon un truc encore plus méta serait tout simplement de leur donner une dissertation faite par ChatGPT à corriger.

Bon courage en tout cas !

1 « J'aime »

Tu rigoles, mais c’est un des moyens de pourrir les IA actuelles : la pollution du dataset servant à l’entrainement. Fait de manière subtile, ça peut prendre des mois à être détecté. Après tu pourrais entrainer des IA pour détecter ces pollutions, ce qui fait qu’il faudrait des datasets étalons pour servir de référence, qu’il faudrait à leur tour protéger de toute interférence, etc.

Pour ceux qui ne comprendraient pourquoi un raccourci Edge (de m_rd_) est revenu sur leur bureau après la dernière update Windows (10).
https://answers.microsoft.com/en-us/windows/forum/all/unwanted-microsoft-edge-shortcut-on-desktop/6e6f9547-c147-4ac9-8148-d34ddbfbcd00
« les p’tits batarangs »

1 « J'aime »

C’est mentionné dans l’article mais notons d’ailleurs que Microsoft a réinvesti plusieurs milliards dans OpenAI hier :

Ils vont réussir à me faire utiliser Bing ces cons…

Un pote disait tout le temps que quand tu chasses trop de lapins à la fois tu fini par bouffer des navets et des carottes, faudrait que je vérifie si il est pas parti chez Alphabet ^^

Tout comme toi je serai étonné qu’ils ne soient pas déjà sur le coup ou alors ils ont le nez de pas partir là dedans au cas où ça ferait pschitt