[ Pinball / Flipper ] I've played the silver ball

Avec deux reportages sur TF1 et M6 à quelques jours d’intervalle, c’est au tour du flipper de faire son fat comeback dans le radar du grand public, au point qu’on commence à en revoir un peu partout, avec notamment un retour (timide) à la tête dans les nuage.

Les amateurs sont à la fois contents et agacés, car la cote des flippers devient aussi débile que pour le rétrogaming, et Stern vient d’annoncer une hausse de prix très importante. Pour se payer un Limited Edition, il faudra désormais débourser environ 12000 euros, au lieu de 8000/9000 il y a encore quelques mois, ça commence à piquer…

J’avais loupé l’info mais Steve Ritchie a quitté Stern pour Jersey Jack Pinball. La raison est intéressante, manifestement il en avait ras le cul qu’on lui impose des budgets trop limités pour développer des plateaux, à cause des licences qui coutent une blinde. Le gars est encore au taquet, ça fait plaisir.

Ca grince aussi des dents chez les pauvres qui n’ont pas d’autres choix que de jouer sur ordinateur, Zen Studios va sortir la nouvelle itération de Pinball FX (qui fonctionne sous Unreal Engine) en exclu sur EGS pendant un an. Le problème c’est que tous ceux qui ont investi de l’argent dans Pinball FX 1/2/3 devront racheter toutes leurs tables dans cette nouvelle version… il n’y a même pas d’offres spéciales ! Vive le démat.

Voilà à quoi ça va ressembler, avec un premier extrait de leur portage du Indiana Jones qui est l’une des tables les plus recherchée actuellement.

3 « J'aime »

Avis aux amateurs, samedi 19 février je prévois de faire une descente à la salle de jeux « Le flipper house » qui propose 39 flippers et 15 bornes d’arcade en libre accès pour 15 balles l’entrée.

C’est à THOUROTTE, prés de Compiègne, à 1 minute de la gare. Depuis la gare du nord il faut compter environ 1 heure de trajet en train.

Faites moi signe si vous êtes partant.

1 « J'aime »

3 reportages en une semaine ! :rofl: Un quasi copié/collé des précédents reportages en plus, ça fait de la repasse chez France Television.


La Belgique, toujours un coup d’avance. Prochain voyage, après le Covid.

Stern a sorti un flip Godzilla qui met en émoi toute la communauté, manifestement il est bien parti pour devenir un classique.

Sur le point de changer de métier

2 « J'aime »

Tiens Ono, je ne sais pas si tu connais cet excellent blog

L’autrice est une canadienne férue de pinball et autres merveilles électromécaniques. Elle a aujourd’hui publié un article où elle s’amuse a décortiquer chaque frame d’une scène de Aiyoku no wana / Trapped in Lust (1973) pour y recenser les machines en vogue à l’époque dans les salles d’arcade.

image

image

image

Je n’ai pas tout exploré mais la même entreprise avait été tentée il y a quelques mois sur un film de 1966 cette fois.

image

image

image

Une mine d’or ! Merci, je ne connaissais pas.

EDIT : via ce blog, ça donne envie d’essayer !

Je prévois également d’aller au salon FLIPEXPO au TREPORT qui aura lieu le 23 et 24 avril 2022, avec plus de 130 machines annoncées…

Là c’était un autre salon à Cagny, mais ça commence à faire loin

Et je découvre le toupie hollandaise, qui n’est pas une position du kamasutra.

Interview de Dan Forden, sound designer, et accessoirement le « Toasty » de Mortal Kombat


1 « J'aime »

Gomez parle game design et énumère les étapes qu’il estime indispensables pour fabriquer un flip, c’est super intéressant. Dans l’ordre :

  • Theme
  • Feature
  • Playfield
  • Rules
  • Choreography
  • Magic

Il estime également que les licences sont indispensables, et qu’on ne peut plus proposer de flippers avec des thèmes originaux comme dans les années 90, car ça n’est plus viable économiquement. Mais c’était en 2019, et vu comme le flipper repart FORT, il se pourrait bien que les choses changent.

1 « J'aime »

ça a l’air tellement agréable !


Et bien c’est non sans une certaine appréhension toute parisienne que vous avons franchi l’intimidant périphérique avec le trépidant DMA pour passer une journée dans cette salle de jeu, qui se trouve être dans une sorte de garage aménagée sans fenêtre. Mais là on on allait, pas besoin de fenêtre.

La SNCF nous a offert ce qu’elle sait faire de mieux : 20 minutes de retard à l’aller, juste assez pour nous faire rater notre correspondance, mais rien qui puisse entamer notre enthousiasme. Et puis franchement, qui n’a jamais rêvé d’attendre le prochain train à Compiègne en dégustant un sandouiche poulet/curry provenant d’une boulangerie notée 3.3/5 ? Notre enthousiasme en aurait toutefois pris un sacré coup si on avait eu la chiasse (pour l’instant tout va bien) et si notre SEUL train du retour avait été annulé, ce qui n’a pas été le cas, il a juste eu 45 minutes de retard. Ne sortez jamais de chez vous.

Ma fois, une bien belle après-midi qui m’a permis de valider et d’invalider toutes les sensations acquises virtuellement, puisque je le rappelle, adolescent, même avec un bâton je ne voulais pas toucher à ces machines du diable. En dehors de quelques tables iconiques, je suis complètement passé à côté de l’âge d’or des flippers bien qu’en ayant été contemporain, et c’est Pinball Arcade qui m’a fait plonger en 2015.

Mais passons au palmarès :

Tables ayant passées leur examen haut la main avec félicitation du jury
Scared Stiff - Sah quel plaisir, tout est bon dans ce flip, la version virtuelle ne m’avait pas menti, comme avec Attack from Mars, je ne me lasse pas de viser le centre encore et encore pour déclencher la multiball du crate.

Whitewater - Qui confirme donc sa position dans mon top 5 perso. J’adore cette table, sa rampe rollercoaster, son yéti, son design, son ambiance, son feeling. Inshallah je l’aurais un jour.

The Addam’s Family - Classique parmi les classiques, l’une des rares tables que j’avais essayé à l’époque, 10/10 pour l’ensemble de son œuvre

Godzilla - Seul flip de la salle en payant car récent, j’ai lâché mes 3 balles avec plaisir et je n’ai pas été déçu : un flow de fou, et un super gimmick avec un aimant, si je devais prendre un Stern moderne ça serait celui-ci. Mais en édition limitée, avec l’immeuble qui s’effondre

Road Show - Comment être insensible à cette débauche de moyens : playfield ultra wide, les deux têtes, le shaker (qu’on ne ressent évidemment pas en virtuel), super sensations

Tables qui sont encore mieux en vrai qu’en virtuel
No Good Gofers - L’exemple typique d’une table que j’avais du mal à appréhender en 2D, et qui s’est révélée super fun à jouer en vrai. Elle rentre dans mon 10.

Fish Tales - Le bateau incliné rend forcément mieux en vrai qu’en virtuel, et super flow.

Tables qui sont mieux en virtuel ou dans mon souvenir
Terminator 2 - Autre table iconique qui m’avait attiré à l’époque à cause du film, que je trouve plutôt fade aujourd’hui.

Bride of Pinbot - J’adore cette table en virtuel, mais la vraie est super difficile. Ceci dit, je soupçonne cet exemplaire de ne pas avoir été au top de sa forme. Ca reste un super thème avec une superbe réa.

Tables moins bien en vrai qu’en virtuel mais il faut que j’y passe plus de temps
The Gateway - La plus grosse déception de cette journée, j’en attendais beaucoup car je l’adore en virtuel, mais j’ai trouvé la table super cheap physiquement, et l’absence de shaker pour agrémenter les sensations de la boucle m’a déçu, je pensais que ça faisait vraiment bouger le flip. Je lui redonnerai sa chance.

Les belles découvertes
Time Machine - Le son m’a mis une grosse claque, la BO est géniale mais ne rend rien sur Youtube, il faut l’écouter in situ, qu’elle ambiance, quelle énergie, quel fronton !

Le Star Trek de Data East - Je ne connaissais pas cette table, artistiquement ça a été un coup de cœur, superbe compo graphique et fronton super original avec un gimmick lenticulaire unique à cette table.

L’attraction inattendue de la journée
Le « smarphone » de DMA. Il a un téléphone de taulard, tellement petit que je pensais qu’il consultait un TamTam, on a bien ri (enfin surtout moi)

7 « J'aime »

Le concepteur de Pin•Bot et Space Shuttle (notamment), Barry Oursler, vient de nous quitter.

Rare avait porté son jeu-phare sur NES en 1988.

Je suis passé voir les flippers à la tête dans les nuages, j’ai été agréablement surpris par la fréquentation : beaucoup de jeunes et beaucoup de filles ! Des groupes de potes mixes, mais aussi beaucoup de groupes de filles qui jouaient à tout, j’en ai même vu doser Street V, ça m’a fait super plaisir, vive les jeunes.

Ils ont donc 3 flippers, 3 Stern :

  • The Mandalorian : 5/10, minimum patronal sur le playfield, je me suis ennuyé assez rapidement, next.

  • Led Zeppelin : Honteux. le playfield est vide. L’exemple typique d’un jeu foiré à cause du cout de la licence, il n’y avait clairement plus de budget pour remplir la table. Je n’y ai même pas touché.

  • Teenage Mutant Ninja Turtles : now we are talking ! Chouette table avec plein de toys, un flow tout à fait honorable et une excellente ambiance, même si la DA des vidéos n’est pas au niveau de la licence. J’y reviendrai.

1 « J'aime »

Les petits gars de RB Flip France sont partis aux US couvrir un salon et visiter les lignes de production des plus gros fabricants de flippers. Super récap :

Un petit TOPO sur le grand TOTAN

Et une interview du français qui a créé un kit de conversion pour le passer en 2.0, et améliorer les règles que les pros trouvent trop simples et ennuyeuses. 2700 euros le kit tout de même.

Des plombes qu’on était pas retourné à Ground Control, c’est vraiment parfait pour passer une bonne après-midi après avoir mangé des trucs sympas.

Ils ont aussi une dizaines de flips, j’ai pu y essayer pour la première fois No Fear de Steve Ritchie, qui m’avait fait une grand impression en virtuel. Et bien il est aussi très fun à jouer en vrai, même si les batteurs manquaient de punch. Il est aussi très intéressant à étudier au niveau du playfield, si le Mario Maker du flipper avait existé (en vrai il existe, c’est virtual pinball), c’est clairement une des pistes que j’aurais exploré en premier : faire une table qu’avec des rampes ! Pour tenter un flow ininterrompu.

Et bien oui mais non, concrètement la bille tape très souvent entre les rampes, ce qui casse le rythme et occasionne plus de frustration que prévu. Je n’y ai pas joué assez, mais il n’est pas impossible qu’on finisse par s’en lasser très vite aussi. Le fait d’avoir rajouté un playfield supérieur avec un de mes gimmick préféré (un batteur permet de tenter une boucle infinie, comme dans White Water) équilibre bien l’ensemble. Même avec ses « défauts », j’aime beaucoup cette table.

A côté il y avait le Tortue qui est définitivement dans mon top 5 moderne, j’adore le gimmick du multiball avec l’aimant et la pizza rotative, c’est une super idée :point_down:

Jack Danger a récemment terminé le jeu, voici son run :

1 « J'aime »

Un peu de littérature spécialisée :

Tout est dans le titre, une super BD sur l’histoire du flipper, j’ai appris plein de trucs, le cadeau idéal pour les passions naissantes (ou qui courent).

Un recueil de 542 pages qui compile les 7 numéros du fanzine Drop Target sorti entre 2010 et 2017, avec des interviews, des BDs, des designs rêvés… très très cool !

2 « J'aime »