[TOPEC] Le nouveau topic éclectique vachement ignifugé

Merci @Merou pour ta couverture indéfectible, c’est moi où les vannes sont plus ouvertes que d’habitude ??? La quantité d’annonces est astronomique, quelle société peut digérer autant d’œuvres ?

Faut bien s’occuper pour oublier l’actu…

Plus sérieusement : en fait, comme d’habitude, le capitalisme a horreur du vide. La mort de l’E3 a mis du temps à être digérée par l’industrie du JV, mais le virage numérique et de nouvelles méthodes de financement des showcases ont permis l’éclosion de nouveaux évènements (comme le South American Games Showcase ou le Women Led Games) qui sont co-financés par des labels indépendants, des organismes caritatifs, ou soutenus par des pensions de gouvernements. Certains évènements se sont même réorganisés en société à but non-lucratif.

Ça donne du coup une multitude de portes d’entrée pour des jeux qui autrefois n’avaient pas l’opportunité d’être représentés car ils ne correspondaient pas aux critères des gros constructeurs. Ne t’étonne pas si l’Arabie Saoudite (via le PIF) essaie de monter son propre évènement au Summer Game Fest d’ici un ou deux ans.

1 « J'aime »

Ok, mais pourquoi tout montrer en un si court laps de temps ? C’est indigeste

J’avoue, j’ai arrêté de cliquer sur tes trailers à moins que le thumbnail soit particulièrement vendeur. Y’en a tellement qu’il y en a trop depuis ton pitch jusqu’à la vidéo et je ne me souviens plus de ce que tu disais 2 vidéos plus haut.
Est-ce que c’est épuisant ou est-ce que je suis vieux. Inutile de répondre merci.

Ouai j’ai fini par faire la même chose, mais ce qui me rassure, c’est que dans ce torrent de sorties j’en ai seulement mis de côté 4 ou 5, ce qui est déjà beaucoup trop pour ce que je peux consommer par an.

Parce que c’est le Summer Game Fest, une tentative de reconcentrer l’industrie du jeu vidéo (du point de vue américain) sur un seul espace-temps à Los Angeles, comme à l’époque de l’E3. Plusieurs de ces évènements en ligne ont un équivalent sur place où les médias et les gens de l’industrie peuvent essayer les jeux. Ça coûterait trop cher d’étaler ça sur deux semaines, par exemple. Donc tout se concentre sur une petite semaine de quatre jours. Comme à l’époque de l’E3.

Le Summer Game Fest a d’abord été lancé en 2020, en plein confinement ; c’était à l’époque uniquement en ligne et espacé sur un mois. Mais l’étalement trop long avait fini par lasser les spectateurs et les médias. Depuis qu’ils sont passés à un format hybride avec des démos sur place (en partie par volonté de Keighley de tuer l’E3 avant son retour), les chiffres d’audience et la couverture médiatique sont objectivement meilleurs.

Note que certains acteurs de l’industrie sont d’accord avec ton analyse. Sony et Nintendo ne sont pas présents sur place, par exemple. Sony était d’ailleurs un pionnier sur ce sujet puisqu’ils avaient déjà snobé l’E3 en 2019 before it was cool et qu’ils ne comptaient pas revenir en 2020 – avant que le virus ne s’occupe du reste.

Le logo PlayStation est là parce que Sony accepte diplomatiquement de faire une annonce à chaque conf’ de Keighley – ici LEGO®︎ Horizon Adventures – mais il n’ont ni conférence, ni espace de démo pour la presse.

Du point de vue des jeux, on pourrait effectivement croire que les gens n’arrivent plus à suivre, mais les indépendants assurent qu’ @Iggy et @Onosendai sont des pépés que ces bombardements fonctionnent et ont un effet spectaculaire sur les wishlists. Donc ce n’est pas près de s’arrêter.

Je t’avoue que j’aurais sûrement adopté un ton plus cynique et sarcastique si le bidule des jeux sud-américains samedi n’avait pas été aussi épatant et rempli de jeux qui n’auraient probablement jamais eu la chance de s’exprimer à un autre évènement.

Enfin, j’ai envie de te dire : ça ne fait que refléter l’industrie. Ça montre trop de jeux parce qu’il y a trop de jeux qui sortent.

En bleu foncé, ce sont les jeux-fantômes qui n’ont jamais eu assez de joueurs actifs pour activer toutes les fonctionnalités sociales de Steam et être analysés proprement par SteamDB – et pourtant, il en faut peu. Ils existaient déjà avant 2018 mais c’est cette année-là que SteamDB a commencé à les identifier. On tournait donc à 14536/365 ≈ 40 nouveaux jeux par jour sur Steam en 2023.

D’ailleurs, je trouve rigolo que vous vous plaigniez « oh la la, mais ça fait beaucoup trop de jeux » alors que justement, cette année, j’ai lâché l’affaire : je ne poste que ceux qui m’intéressent pour avoir un pense-bête dispo sur Boulette. Ça ne doit donc représenter que 10%-40% du contenu des conférences en fonction des évènements, mises à part la conf’ Xbox (j’ai tout mis) et la conf’ LatAm (tellement cool que je n’ai pas réussi à n’en garder que 10 jeux).

3 « J'aime »

Et je t’en remercie, mais ça ne rend la chose que plus terrifiante !
Le graph de SteamDB est vertigineux. Ça me fait beaucoup de peine pour les gens qui ont bossé sang et eau plusieurs années pour se retrouver à côté des shovelwares créés par IA ou des malwares-scams-demi-NFT… Mais d’un autre côté je vois que la barre bleue claire reste à peu près constante et ça me rassure un peu.

Les résultats du grand sondage des 40 ans de Capcom :




Street Fighter qui ? J’observe certains résultats déconcertants et, comme vous, je me dis : n’oubliez pas d’aller voter.

2 « J'aime »

« À deux doigts d’inventer le train » 2.0

3 « J'aime »

Ca n’a pas l’air de faire beaucoup de bruit en dehors du japon (et en France on a 2-3 sujets de préoccupations en ce moment), mais Kadokawa est victime de ransomware, entraînant au passage la fermeture de Nicovideo pour une durée indéterminée et ce depuis une semaine. Je vous laisse imaginer la même chose avec Youtube.

Je ne sais pas comment vous gérez cette séquence politique, mais je ne suis pas loin de la rupture d’anévrisme. L’emprise de Bolloré sur notre société est absolument démentiel, je ne comprends pas qu’il ai pu arriver si loin sans qu’on lui mette des bâtons dans les roues. Impossible de ne pas penser à Palpatine tant sa strat est implacable, il est désormais trop tard pour désamorcer, et si j’ai eu de l’espoir dans le Front au début, c’est terminé. Le Front est plombé par un Mélenchon indéboulonnable et tyrannique incapable d’enlever la seringue de son bras. S’il s’était désisté depuis le début, ça aurait mis en PLS tous les commentateurs des chaines d’infos qui n’auraient soudainement plus eu d’épouvantail à agiter, mais il ne joue plus collectif depuis longtemps.

Ce qui me tue le plus, c’est l’incroyable pénétration de l’élément de langage LFI = antisémite. Je ne sais pas qui s’est occupé de cette campagne de désinformation, mais elle a fonctionné à 300%. Quand j’ai appris ce matin que même Serge Klarsfeld se sentait plus safe en votant RN, j’ai compris que c’était foutu, ils ont gagné. Je n’aurais jamais pensé assister de mon vivant à une telle inversion des polarités.

8 « J'aime »

La meme.
Après, c’est calculé.
La fenetre d’Overton a glissé tellement à droite avec Zemmour qui se caricature presque lui-meme, plombé par une Marion en mission pour sa tante, que le FN/RN apparait presque comme raisonnable en comparaison.

Hanouna en fait tellement des caisses et a tellement d’amendes qu’il continue tant que son boss les paient. Là, il va littéralement faire campagne pour le RN mais tout le monde trouve ça normal.

On a laissé les média appartenir à des milliardaires, faut pas s’étonner qu’ils s’en servent pour manipuler l’opinion.

1 « J'aime »

La même chose est arrivée au Labour en Angleterre. Leur parade a été de virer tous les gens de gauche et centre gauche du parti, y compris Corbyn, et de devenir un parti centriste raisonnable (plus ou moins équivalent au MODEM des débuts, avec une véritable passion pro-police et anti syndicats, normal pour un parti appelé « Labour »). Ça a l’air d’avoir marché vu les sondages pour les élections prochaines, mais après c’est surtout parce que les Tories ont 14 ans de casseroles derrière eux.
Pour ce qui est des médias, les tories et les tabloids continuent de peindre le parti comme un danger staliniste. Même si Corbyn n’est plus dans le parti, son nom revient toujours dans leurs diatribes. L’avantage de faire de la politique à droite, c’est que t’as pas besoin d’avoir un pied dans la réalité, et au lieu d’examiner ton antisémitisme et ton racisme tu as tous les médias dans ton camp pour enterrer le moindre dérappage / c’était-une-erreur / c’est-le-passé / j’ai-dit-ça-il-y-a-deux-semaines-je-suis-un-homme-changé-maintenant.

Pas pour dire qu’il n’y a pas d’antisémitisme/racisme/d’homophobie à gauche, bien sûr, ça existe absolument partout. Mais les partis de gauche jouent en mode extra dur 1 HP 1 credit.

J’ai le moral assez bas ces temps-ci, ouais.

4 « J'aime »

A peu près toutes les personnes qui ont apporté leur soutien à la Palestine après le 7 octobre ont automatiquement été qualifiées d’antisémites, pas tant par soutien aux juifs que pour trouver un prétexte pour taper un peu plus sur les musulmans (et par extension sur ceux que certains assimilent aux musulmans, à savoir à peu près toutes les personnes d’origine maghrébine). Le RN a surfé dessus et s’est taillé une image de chevalier blanc à peu de frais, allant jusqu’à recevoir les salutations d’un chasseur de nazi.
Evidemment, dès qu’il y a un conflit armé quelque part, il y a des intérêts économiques. Biden qui freine des quatre fers pour ratifier des demandes de cesser le feu, Macron qui dit que c’est pas le bon moment pour reconnaître la Palestine. Le premier fournit des missiles à Israël et le second des drones si j’ai bien tout suivi. Forcément, ça la foutrait mal de parler de génocide en public.
L’antisémitisme n’est clairement pas une chose du passé, mais dans le cas présent, c’est moins souvent une question d’antisémitisme que de racisme et de gros sous.

1 « J'aime »

Je ne comprends d’ailleurs toujours pas pourquoi on continue de marquer la distinction entre racisme et antisémitisme. D’après la théorie des ensembles, le deuxième faisant parti du premier groupe, si on se bat contre le racisme, on se bat automatiquement contre l’antisémitisme. A moins d’avoir une pensée à géométrie variable, c’est d’une logique implacable. Vouloir s’extraire du groupe principal, c’est se considérer différent des autres, et c’est précisément là que les problèmes commencent.

Ce qui n’empêche pas pour autant de nommer les différents groupes à l’intérieur du groupe principal, l’antisémitisme existe (no shit), mais c’est une forme du racisme.

1 « J'aime »

Je pense que ces distinctions sont faites pour pointer du doigt les motivations derrière un acte moralement ou légalement répréhensible. Un féminicide est un meurtre, mais c’est un type de personnes en particulier qui est visé, avec un schéma spécifique dans ce qui conduit à sa survenance. Sans parler du fait que des personnes susceptibles de subir des discriminations peuvent parfois en faire elles-mêmes : des LGBT racistes, des féministes antitrans, des personnes racisées homophobes, des musulmans antisémites, des juifs islamophobes ou racistes, etc.
Je pense qu’on a un peu abandonné l’idée utopique de s’attaquer aux discriminations et au racisme dans leur ensemble pour y aller au cas par cas, avec plus ou moins d’aplomb selon les cas.

Là où je veux en venir, c’est que traiter, dans son ensemble, un mouvement comme LFI d’antisémite, c’est être un gros nullos en maths. Bien sur, les individualités, mais dans ce cas on sort du groupe, et continuer de l’invoquer sans nuance est au mieux, de la paresse intellectuelle, au pire, de la malhonnêteté.

1 « J'aime »

Sauf que l’enjeu, c’est une lutte de pouvoir. LFI était le principal parti d’opposition à gauche aux deux dernières présidentielles et les deux autres principales forces présentes sur l’échiquier politique - LREM et LR - ont tout intérêt à faire perdre des voix à cet opposant. Si ce n’est pas l’excuse de l’antisémitisme, ce sera autre chose. Changer de parti ne fera qu’affaiblir la gauche là où il y a grand besoin de former un bloc uni, ne serait-ce que pour un mois. Macron et Le Pen ont tout intérêt à provoquer des départs chez LFI.
On se rend compte au cours de ces derniers mois que tous les moyens sont permis pour diminuer l’impact de ses adversaires puisque des membres de LREM ont confirmé en off comme en on que Macron a cherché à donner plus de visibilité à Zemmour et Maréchal afin d’affaiblir un peu le RN.

Ah mais j’ai bien conscience qu’au départ cette équation n’est qu’une magouille politique pour diviser, je suis juste très étonné de son taux de pénétration dans le cerveau des gens. Enfin étonné… quand on voit les dispositifs de Bolloré, l’état du réseau X, les algos de Facebook, les trolls Russes, et l’incroyable apathie des journalistes pour corriger en temps réel, il est facile de comprendre qu’un Clément Viktorovitch ne sera pas suffisant pour analyser/décortiquer et pointer du doigts les pièges grossiers des discours ambiants.

1 « J'aime »