[BD/Comics/Manga/etc.] On tourne une nouvelle page

Comics, BD, manga, manhwa, les peintures rupestres de Lascaux, votre page Pixiv, les gribouillis un peu honteux dans votre agenda du collège, Etc.
Tous les petits mickeys vont là-dedans.

Je découvre Blynd, nouvelle petite entreprise de la Start-Up Nation qui tente d’adapter des BD en podcast, ce qui est quand même cocasse puisqu’on passe de texte et dessins à une expérience exclusivement audio. Lanfeust de Troy fera partie des premiers projets, si ça se fait : ils passent par Ulule pour du financement participatif. Ils misent sur des voix célèbres comme Gérard Darmon ou Donald Reignoux pour habiter les personnages.

Non mais regarde, ça y est, à peine pas encore créé, tu déshabilles déjà ce pauvre petit topic histoire-géo/po, snif.

image

Je ne sais plus si j’en avais parlé sur Boulette (2018-2021) ✞, mais ça ne coûte rien d’en reparler : Imbattable est l’un des trucs les plus chouettes que j’ai lus ces dernières années et j’en recommande chaudement la lecture, autant pour un jeune lecteur qu’un amateur de neuvième art. En gros, c’est une parodie de superhéros littéralement écrite par un auteur de Spirou Magazine qui aurait (là c’est moi qui interprète) beaucoup trop lu L’art invisible et décidé de jouer avec beaucoup de malice avec. L’idée : Imbattable est un superhéros de bande dessinée. Mais vraiment. Tous ses superpouvoirs sont liés au format bande dessinée : il peut enjamber les gouttières, traverser les pages, ce genre de choses. Cela donne des histoires complètement méta, aussi créatives qu’hilarantes, où le héros, volontiers un peu débonnaire, viole toutes les règles narratives habituelles pour aller couper la course d’un méchant en descendant en échelle les cases d’une page au lieu de se mettre à courir, par exemple. Genre :

C’est donc très malin, très frais, parfaitement inadaptable (oh la la Imbattable en podcast hahaha j’en rigole rien qu’à imaginer la torture mentale). Le second tome est un peu moins foufou, on sent qu’au bon d’un moment il est difficile de varier indéfiniment avec les thèmes méta de la bédé, mais franchement ça vaut le coup d’œil.

6 « J'aime »

Oh, c’est mignon de faire ça dans un univers de BD franco-belge !
Le dernier truc que j’avais lu qui essayait ça était Gwenpool (oui, je rentabilise ma souscription Marvel), qui malgré son nom n’a rien à voir avec Deadpool (ça fait partie de la blague) : c’est canoniquement une fille de notre univers passée chez Marvel et dont le seul super pouvoir est de savoir qu’elle est dans un comics et de connaître toutes les règles de l’univers.
La dernière série était basée sur le fait qu’elle sentait que la blague était passée, du coup elle commençait à devenir irrelevant et qu’elle n’apparaîtrait plus que dans les anthologies, ce qui revient à mourir dans le monde des comics, du coup elle cherchait un moyen d’asseoir une position pérenne dans ce monde, en essayant de devenir sidekick d’un super-héros populaire, en devenant une super-vilaine, etc (avec un moment où elle regardait hors du comics en disant « merde, il me reste plus que 6 pages et le volume est fini, il va falloir que je trouve une solution »). Ça se terminait quand elle a l’idée de se retcon elle-même et de réexpliquer qu’en fait son pouvoir n’est pas de savoir qu’elle est dans un comics parce qu’elle vient du dehors, c’est un pouvoir mutant qui lui permet de changer la réalité du comics, donc c’est une mutante, donc elle pourra survivre dans les images de fond tant qu’il y aura des comics X-Men.
J’aime bien l’ère du méta-con-con.

4 « J'aime »

image

Marie-Claude rencontre Michel Magne, génial compositeur de musiques de films. C’est le coup de foudre. Elle le rejoint dans son château d’Hérouville où Bowie, Elton John et bien d’autres stars se rassemblent. Mais le succès attise les convoitises. Derrière le conte de fée, la tragédie se profile. Ce roman vrai révèle le destin inouï de Michel Magne au cœur de la pop culture des années 50 à 80.

Je n’ai jamais été un grand fan du travail de Michel Magne, qui malgré ses dispositions faisait des trucs un peu trop simplistes à mon gout (quand ça n’était pas de l’esbrouffe artistique), mais le gars était singulier, et il était habité par une force qui a provoqué des choses magnifiques, avant de le consumer.

En tout cas c’est une superbe BD, entrecoupée de photos d’époque et d’une liste exhaustive de tous les projets réalisés dans le château.

Pour ceux qui ne connaissaient pas encore l’histoire d’Hérouville, c’est notamment dans ce château que Staying Alive des Bee Gees a été enregistré. Ils chantaient les cœurs dans l’escalier pour la reverb.

Une autre époque, j’ai tiqué sur la différence d’âge quand j’ai appris qu’ils se sont marié quand Marie-Claude a eu 18 ans, ce qui signifie qu’elle était mineure au moment de leur rencontre, bon.

1 « J'aime »

J’avais acheté les deux premiers volumes, je voulais compléter ma collection (il reste 1 numéro à sortir), mais je viens de me rendre compte que Mana Books a fait un travail de sagouin sur les planches, qui pour une raison que je ne m’explique pas, sont rognées sur les côtés, notamment en haut et en bas, et ça pète complètement certaines compositions.

Ici c’est pas encore trop flagrant, mais ça donne vraiment l’impression d’avoir été imprimé par des amateurs, vous qui travaillez dans le milieu, vous savez pourquoi les éditeurs font ça ?

J’avoue que ce n’est pas ce qui m’a dérangé dans ce manga (trop long pour son bien, j’attends la fin comme on attend l’addition d’un restau moyen où on a attendu 45 min entre chaque plat pour pas grand chose). J’ai pourtant tellement aimé la candeur et immédiateté de Bib Bip Boy…

Par contre, si tu poses la question à Mana Books, leur réponse m’intéresse !

(la musique de fond n’était pas forcement nécessaire)

Je ne savais même pas que ça existait, petit souci de promo peut-être ? Le nom pourri a pas du aider non plus.

(On en avait rapidement parlé l’an dernier quand je cherchais des solutions de lecture légales. Le catalogue ne valait pas —encore— le coût mais l’initiative était clairement louable. Dommage.)

Le site officiel du projet Otomo Complete Works vient d’ouvrir.

Entre 2 épisodes de la nouvelle saison de Manben, Naoki Urasawa a lancé sa chaine Youtube :

Un Tintin érotisé relève bien de la parodie, affirme la justice.

2 « J'aime »

Cela faisait tellement longtemps qu’on blaguait sur « Machin va mourir avant de finir la série » qu’il fallait bien que ça nous retombe sur la gueule un jour… Miura Kentarō est mort à l’âge de 54 ans.

Kentaro Miura, creator of the manga Berserk, has passed away at the age of 54. He died on May 6 as a result of acute aortic dissection, according to a statement by Berserk publisher Hakusensha.

Miura’s most famous work, Berserk, began serialization back in 1989. A dark fantasy manga set in a brutal medieval-inspired universe, Berserk’s impact can be seen in multiple works of fiction. Video games like Dark Souls, Bloodborne and Final Fantasy alongside manga and anime such as Demon Slayer, Castlevania and Vagabond all bear the mark of Miura’s influence. (Cnet.com)

Togashi, fais pas le con et vaccine-toi.

1 « J'aime »

La vache! Je ne l’aurais pas vu partir aussi tôt.

Vu la dégradation du rythme de parution en 15 ans, je pense qu’on se doutait tous qu’il avait quelque chose de sérieux et que ça n’allait pas en s’arrangeant. Mais la nouvelle fait quand même mal.

Du coup cette liste de traduction de soit-disant messages de Miura qui accompagnaient la publication du manga dans le Young Animal tourne sur reddit et 4chan. Je n’ai malheureusement pas les moyens d’en vérifier la véracité, mais si c’est bien vrai la nouvelle en devient autrement plus dépressive.

Résumé
  • I came down with a high fever of 40 degrees Celsius. Thinking about it, I’ve only had two days off this year. (1993, No. 12)
  • I’ve lost five kilos without doing anything. I wonder why? (1993, No.21)
  • In the past two months, my average sleep time has been less than four hours. Now I’ll be Mr. Satonaka soon. (No.23, 1993)
  • Since I moved, my average sleep time has been less than four hours. I’m going to go gammu. (1994, No.16)
  • I had a day off for the first time in a month and a half, and when I went out, I got heatstroke! (1995, No. 17)
  • I went to Okinawa for my first big holiday as a manga artist, and spent two and a half days out of four suffering from heatstroke. (1998, No.19)
  • My first big holiday as a manga artist was to Okinawa. (No.21, 2002)
  • My days off are half days every two months. I haven’t had two days off in a row for four years. I’m getting tired of it. (No.23, 2004)
  • I collapsed again from overwork. I missed Gwynn’s Hundred Great Books. Ugh! (2005, No.9)
  • It’s the first time in my life that I’ve come down with a cold twice in one month. (2007, No.5)
  • I’ll be 27 years old in July. Looking back, 27 years full of cartoons, is this what you want? (1993, No. 14)
  • It’s the same every year, but I’m working on Christmas and New Year’s Day. I want to eat Osechi once in a while. (1994, No.3)
  • I had a day off for the first time in a month and a half, and when I went out, I got heatstroke! (1995, No.17)
  • After a movie, I always go to the Loiho next to the Tokyo Metropolitan Government Building for a review meeting with friends and stay there until the first train leaves. (1996, No.1)
  • I bought some clothes and shoes for the New Year’s party. I only have two pairs of sneakers. (1996, No.2)
  • I’ll be 30 in July, and looking back, I’ve been drawing comics like Kintaro candy. (1996, No.12)
  • In a month and a half, I was only able to go out for two hours to have dinner at Jonathan’s. A petite recluse? (2001, No.24)
  • If I don’t see people for a long time, my mouth won’t work properly. (2002, No. 7)
  • My thirties are almost over. My life is a mess, with nothing but manga. But I can’t take it back now, so I’m going to keep going!
  • I’m going to stay indoors again this year. (2006, No.3) After all, I’m not going to stay indoors because I’m lonely. (2006, No.4)
  • I’ve been too busy to go out for a week, and chocolate has become a precious food for me. Thank you very much. (2006, No.6)
  • I drew soldiers all the time during my absence. (2007, No. 3)
  • Two-thirds of my body is made up of calorie mates. So does that mean that 2/3 of Berserk is provided by Otsuka Pharmaceutical? (2009, No.19)
  • I couldn’t see cherry blossoms with the naked eye even once this year. (2011, No.10)

J’espère qu’à terme des langues vont se délier et qu’on apprendra un peu de concret sur ce qui lui est arrivé ces deux dernières décénies.

2 « J'aime »

J’ai fini The Outsider de Gou Tanabe. Ou plutôt, l’ensemble de nouvelles regroupées dans un même volume sous le nom The Outsider. Je ne sais pas si Enterbrain l’avait édité sous cette forme en 2007, mais extérieurement, nommer le recueil avec celui de sa plus courte histoire est assez comique et la preuve d’un opportunisme aggravé voire avant-gardiste, puisque Tanabe fut surtout connu ensuite pour ses adaptations de Lovecraft, dont The Outsider est la première. C’est d’ailleurs suite au succès de ces adaptations que Glénat a ré-édité le manga en fin d’année dernière, après une première sortie en 2009.

Néanmoins, la nouvelle la plus intéressante de cet ouvrage est clairement Ju-Ga, une succession de pérégrinations d’un moine bouddhiste durant l’ère Kyoho (début du XVIIIème), capable de pratiquer des exorcismes en extirpant les démons de personnes pour emprisonner leurs âmes dans des parchemins. Rien que le concept mérite le détour et il est plutôt bien mis en forme, bien que les cinq chapitres suivent tous le même schéma narratif, et que l’on sent que les cinq chapitres ont été publiés entre 2004 et 2005 : le dessin de Tanabe n’est pas aussi abouti et maîtrisé que sur ses futures réaisations. Ça reste quand même une chouette curiosité, et je suis tout à fait preneur de la série longue dans le même monde que Tanabe voulait faire à en croire son commentaire de l’oeuvre.

2 « J'aime »

Marrant, ce projet collabo-compétitif, War for Rayuba :

Peggy vs Eris (Anni’s comic) Peggy vs Eris War for Rayuba Round 3 - Album on Imgur

Peggy vs Eris (Septi’s comic) War for Rayuba OCT - Round 3: Eris vs Peggy - Album on Imgur

1 « J'aime »

Ah oui, ça je connais! Enfin, de loin. Je suis un fidèle lecteur de Kill Six Billion Demons dont c’est un spinoff. A la base à plusieurs occasions dans KSBD l’auteur avait ouvert des collaborations avec son lectorat pour suggérer des persos de fond (qui très souvent se font tuer), et quand l’arc actuel est arrivé avec un tournoi multiversel à la DBZ ça a débordé et c’est devenu ça.

L’idée du côté collaboratif est héritée du fait que la première version de KSBD, maintenant perdue, était un « livre dont vous êtes le héros » improvisé sur le forum de MS Paint Adventure (Homestuck et compagnie, eux-même des histoires collaboratives de ce genre au départ), qui lui-même tenait ça du board oekaki de 4chan qui avait sûrement trouvé l’idée chez Somethingawful… etc. Il y avait déjà des tournois du genre en 2001 sur les forums du webcomic Megatokyo (tout cela ne me rajeunit pas) mais j’imagine qu’on doit pouvoir remonter jusqu’à des newsgroups obscurs et des MUDs.

Si le truc ne perd pas ses participants en route (à la base le plus gros danger, mais beaucoup moins prévalent de nos jours parce que les communautés artistiques collaboratives sur internet sont devenues assez gigantesques) ça peut devenir vraiment fabuleux (et générer ses propres spinoffs).

1 « J'aime »

Je ne sais pas si je suis prêt pour ce genre de tentative risquée avec un des derniers joyaux immaculés de la bande dessinée. Mais Godspeed.

Ewww… Super, un spinoff sans Araki. Ça va être aussi bien que l’autre roman débile sur George Joestar, tiens.
(Bon, pas comme si Jojorion était bien non plus)
Ils doivent vraiment avoir peur du trou que ça va laisser dans Ultra Jump s’ils forcent déjà le passage comme ça.