【SEGA❤︎SATURN】27 ans d’espace-mémoire inclus dedans

Intéressant, je ne connaissais pas du tout et c’est vrai que ça a l’air plutôt bien techniquement.

Je te conseille à ce titre l’épisode de DF Retro partagé ici-même par @Kanu en septembre dernier et que tu sembles avoir fraîchement boudé !

1 « J'aime »

Oops, merci pour le rappel!

Y a encore du taf mais ça avance bien.

1 « J'aime »

Un nouveau jeu indé en développement sur Saturn, Red Moon Lost Days. C’est un visual novel donc ne vous attendez pas à un truc techniquement aussi ambitieux que Hellslave ou Xenocrisis.

This visual novel created by Gabriel Sansigolo, is the sequel to a recently released PC game the Red Moon of April, the developer also released the Lighthouse of Sao Bento do Oeste, an adventure developed for the Sega Saturn about Renne, a detective who travels to a small town to investigate a mystery disappearance.

In this Sci-Fi visual novel that’s set somewhere in the future after 2037, you play Kyou Tan Wa, a pilot who after losing contact with an Army General friend, sets out on a journey to Egypt to investigate his disappearance. A Great War between the United states and China had Broken out after a series of sanctions imposed by US ignited this war, eventually including a total ban on trade between China-backed countries.

The war lasted 9 months but caused much devastation, due to the use of war robots, pilot-operated biped machines, known as Metal Knights. 18 years have passed, but the shadow of the Great War is still upon the world. After China won the war, the world changed, It’s now divided into nations, United Europe, New Russian Republic, Japan Federation, Atlantic and Great China.

Great China establish a system to remain militarily power. The Great Generals system. Each of the Great Generals handles one of the five major military bases of Great China. Zhaoky base with Houke and Rinshu, Weisho base with Ren and Goke, Yannro base with Gakuk and Gekishin, Quinou base with Koshou and Lu, and Chukou base with you. You are a Great General, leader of the Kyou Army and daughter of Shin Tan Wa and Rei. You carry on your back the weight of being the sword and the shield of Chukou. Before being a Great General, you were a girl growing up in the middle of nowhere on the border of United Europe and Great China.

Features:

  • Amazing character, backgrounds and CG art from @amkitani
  • Original soundtrack from Guilherme Crispim
  • Nonlinear narrative with multiple paths
  • The demo contains the first few chapters of the game, a selection of scenes that give a context of the whole story. However, it is important to highlight that the narrative is incomplete, the full story of the game is not represented by the first chapters.

To download the game, find out more information, and support the developer visit itch.io.

Je ne voudrais pas faire chier la modération mais on peut désormais changer le « 26 ans » du titre en « 27 ans ». :birthday: [edit] Merci ! Quelle promptitude !

Fêtons d’ailleurs comme il se doit cet anniversaire, mais aussi la nomination d’un japonais comme MVP de la saison américaine de baseball et la finale du championnat japonais qui se déroule cette semaine, avec une des séries les plus prolifiques et les plus importantes de la Saturn, même si personne en Occident n’y pense quand on parle de la bécane.

Kanzen Chūkei Pro Yakyū Greatest Nine
Greatest Nine ‘96
Pro Yakyū Greatest Nine ‘97
Pro Yakyū Greatest Nine ‘97 Make Miracle
Pro Yakyū Greatest Nine ‘98
Pro Yakyū Greatest Nine ‘98 Summer Action

Fort de son succès avec le soutien de la J.League (Sega sponsorisait le club JEF United) et le lancement réussi de la série J.League Pro Striker au crépuscule de la Mega Drive, Sega va faire des simulations de sport un cheval de bataille prioritaire pour la SegaSaturn, mettant en chantier deux séries qui feront les (brefs) beaux jours de la console au Japon, Victory Goal pour le foutcheballe et Greatest Nine pour le baseball. On doit les deux séries à la même équipe chez CS1, chapeautée par Shinyu Tetsuo (et qui deviendra grosso modo Smilebit une génération plus tard).

Le baseball japonais est à un tournant intéressant de son histoire en 1995. Le pays étant embourbé dans l’éclatement de la bulle économique et la nouvelle J.League attirant d’avantage les jeunes et les femmes (et donc les sponsors), énormément de clubs de baseball sont discrètement dans une mauvaise passe financière. Le championnat se termine cette saison-là sur la victoire des Orix BlueWave du jeune et brillant Suzuki Ichirō face aux Yakult Swallows, mais ce n’est pas la plus grosse histoire de l’année.

Frustré de ne pas arriver à renégocier son contrat avec son club des Kintetsu Buffaloes, le lanceur Nomo Hideo – une des plus grandes stars du championnat à l’époque – trouve une faille dans le règlement lui permettant de prendre sa « retraite professionnelle » juste avant le début de la saison 1995 pour signer avec les Los Angeles Dodgers et connaître avec eux une première saison exceptionnelle, incitant la télévision nationale NHK à diffuser ses matches (malgré les créneaux peu conventionnels causés par le décalage horaire) et rendant la ligue nationale soudainement ringarde. Un phénomène médiatique qui va alors normaliser le départ des meilleurs joueurs japonais vers la MLB ; un peu l’équivalent de l’arrêt Bosman sur le championnat de football français.

C’est dans ce contexte particulier que Sega va avoir une idée simple mais géniale : signer avec la NPB pour avoir les droits des noms et équipes du championnat japonais, et signer séparément avec Nomo pour sortir une deuxième version du même jeu, mais avec les équipes de la MLB. Version américaine qu’ils pourront du coup aussi commercialiser aux USA. C’est ainsi que Sega va lancer en parallèle la série Greatest Nine (championnat NPB japonais) et la série Nomo Hideo World Series Baseball (championnat MLB américain) sur Saturn en 1995.

<Theyrethesamepicture.jpg>

À partir de 1997, réduisant la voilure aux États-Unis devant l’échec local de la Saturn, Sega s’est concentré sur la version Greatest Nine mais a adopté le « modèle Konami » avec un premier jeu au lancement printanier de la saison puis une deuxième version réactualisant les statistiques et effectifs des équipes à la fin de l’été, peu avant le tournoi final. C’est comme cela qu’on s’est improbablement retrouvé avec six épisodes de la série Greatest Nine sortis entre 1995 et 1998 (et même huit en comptant les deux épisodes World Series Baseball).

Comme pour Victory Goal, l’épisode le plus populaire fut celui sorti en 1996, Greatest Nine ‘96. Question de timing bien sûr, mais cette version corrigeait aussi plein de bugs et de manquements dans le premier jeu, un peu sorti à l’arrache, tout en accélérant significativement les animations. Je vous laisse apprécier le Hip Hop de son intro qui met en scène les deux équipes finalistes de la saison précédente, les Orix BlueWave et les Yakult Swallows.

Malgré ces apparences d’exploitation commerciale déraisonnable, la série Greatest Nine a connu des évolutions assez drastiques. Les deux premiers épisodes misaient sur une technologie de numérisation façon Mortal Kombat, mais à partir de 1997, la série a opté pour un tout nouveau moteur intégralement en 3D et l’introduction de motion capture pour les animations des athlètes.

Sega a aussi rajouté de nombreux modes au fil des épisodes, notamment la possibilité de créer sa propre équipe. Konami ayant opté avec succès pour une représentation chibi avec la série Pawapuro, la série de Sega était l’option la plus « réaliste » de cette génération, angle promotionnel qui collait assez bien avec les prétentions de son pendant foot, Victory Goal. C’est grosso modo le Pro Yakyū Spirits de son époque, pour les gens qui suivent un peu les simulations plus récentes (ou mes posts sur Boulette).

Je vous rajoute un meilleur aperçu de la couverture de Pro Yakyū Greatest Nine ‘98 Summer Action, sans doute le nec plus ultra en matière de jaquette de jeu de baseball.

Sega a ensuite opté – peut-être à tort ? – pour une voie complètement différente sur Dreamcast avec un style chibi très proche de Pawapuro. L’objectif étant surtout de faire cohabiter ses séries de simulation de baseball et de gestion de club de baseball sur un seul et même moteur, permettant à la fois d’économiser ses ressources et de rendre les deux jeux compatibles.

La série Greatest Nine ne reverra le jour qu’une dernière fois, éphémèrement, avec un épisode Game Boy Advance sorti en 2002. Épisode qui sacrifiait malheureusement beaucoup de modes et de contenu par rapport à la version Saturn, et n’a ainsi pas autant marqué les esprits.

Quant au baseball japonais, il va continuer de voir partir ses meilleurs joueurs et de s’enfoncer dans la crise. Suzuki Ichirō quittera les BlueWave pour la MLB en 2001 et signera chez les Seattle Mariners (club qui appartenait à Nintendo à l’époque), décrochant le premier titre de MVP d’un japonais dans le championnat américain cette même saison.

À la fin de la saison 2004, les Kintetsu Buffaloes (l’ancien club de Nomo Hideo) fusionneront assez symboliquement avec les Orix BlueWave (l’ancien club de Suzuki Ichirō) pour devenir Square Enix – oups pardon je confonds mes histoires, pour devenir les Orix Buffaloes, ce qui foutra un bordel pas possible, grèves de joueurs et tout le toutim, à deux doigts de couler la ligue. Finalement, une nouvelle équipe sera créée (les Rakuten Eagles) afin de conserver les traditionnelles deux conférences de six équipes chacune.

Comme un clin d’œil, cette saison 2021 se finit d’ailleurs non seulement sur un deuxième MVP japonais dans le championnat américain pile vingt ans après Ichirō, mais il se trouve aussi que la finale du championnat japonais disputée cette semaine oppose les Orix Buffaloes aux Yakult Swallows, soit le remake de la saison 1995 qui avait tout chamboulé.

2 « J'aime »

Chouette vidéo sur Silhouette Mirage de Treasure, prototype d’un paquet d’idées qu’on retrouvera ensuite dans Bangai-Ō et Ikaruga notamment.

1 « J'aime »

(En parlant de Treasure, le bouquin de Raster Scroll est dans sa dernière ligne droite mais loupera sa cible de sortie en 2021, l’auteur étant accaparé par son vrai boulot et poursuit donc ce travail de titan pendant son temps libre. Il a d’ailleurs récemment indiqué avoir traduit pas mal du matos scénaristique d’Alien Soldier — contenu exclu du jeu par contrainte de place/temps)

Cette semaine, la Saturn a rejoint Recalbox (PC et Pi) dans son impressionnante version 8. En attente d’un hypothétique Raspberry Pi 5, il faut s’attendre à des performances raisonnables sur Pi 4 mais en usant de frameskip sur certains jeux 3D.

Dommage d’ailleurs que le prix des Raspberry soit aussi 3Hit Combo en ce moment car j’adore le périphérique 15/31Khz actuellement en développement par l’équipe de Recalbox. Solution plug n’ play élégante à 40€, bonne alternative grand public aux FPGA bien plus chers ou à la complexité des manip de drivers Windows lorsqu’on décide naïvement de recycler un vieux pc pour le brancher à un cathodique.


8918 jours après sa sortie japonaise, Bulk Slash verra son patch de loc anglaise publié demain, lors de ce stream.

The patch changes all on-screen Japanese text into English and redubs all Japanese voices into English, from the in-game voices to the ending cutscenes. It also adds support for the Twin Stick controller, which the original Japanese version of Bulk Slash does not have.

The patch will come with a readme with instructions as well as localized manuals — both the original Japanese fold-out manual as well as a new U.S.-style manual and U.S.-style back-of-the-box art.

A total of 29 people have volunteered their time and talent to making this patch over the last 10 months.

= merci à l’équipe.


Le bricoleur chinois derrière les versions portables de Saturn est encore plus génial que je ne pensais.

Beware, this is not for the faint of heart, as the process involves literally cutting the motherboard, then resoldering hundreds of circuit traces.

1 « J'aime »

Il y a même une PV de lancement pour le patch de Bulk Slash.

Et si vous n’avez pas les moyens ou la motivation d’essayer par vous-mêmes, voilà une partie complète en anglais (difficulté Hard) :

00:00:00 Logos + Menus
00:00:50 Intro
00:02:22 Stage 1: Grün
00:06:28 Stage 1 Boss
00:07:51 Stage 2: Gold
00:11:30 Stage 2 Boss
00:13:31 Stage 3: Braun
00:16:46 Stage 3 Boss
00:17:31 Stage 4: Schwarz
00:21:48 Stage 4 Boss
00:23:57 Stage 5: Rot
00:30:29 Stage 5 Boss 1
00:31:42 Stage 5 Boss 2
00:32:47 Stage 6: Weib
00:38:12 Stage 6 Boss
00:41:29 Stage 7: Blau
00:42:34 Stage 7 Boss 1
00:42:58 Stage 7 Boss 2
00:43:58 Stage 7 Boss 3
00:44:34 Stage 7 Final Boss 1
00:46:24 Stage 7 Final Boss 2
00:49:23 Ending
00:51:07 Credits
00:52:21 Score
00:52:53 High-Scores

1 « J'aime »

Puisqu’on approche de noël, parlons un peu de NiGHTS into dreams… qui partage d’ailleurs un lien étroit avec un autre grand classique de la saison, Maman j’ai raté l’avion :

Il y a quelques semaines, la communauté des fans de NiGHTS (sans doute une sous-commu de Sonic ?) a célébré un datamining conséquent de la version PC du jeu. Notez que cette première vidéo se trompe quand elle déclare que la version PS2/PC a été reprogrammée de zéro : elle réutilisait en partie le code de la version Saturn, qui est justement elle aussi en pleine instance de datamining depuis la création de nouveaux outils pour récupérer les textures du jeu.

Ceci dit, je ne suis pas sûr que les vidéos soient très intéressantes à moins de vraiment, vraiiiiment être très intéressé par NiGHTS donc voici plutôt une vidéo qui essaie d’expliquer comment y jouer correctement.

1 « J'aime »

Ho :christmas_tree: Ho :ribbon: Ho :gift: Joyeux Noël Boulette, on pense illico à Christmas Nights, sorti en décembre 1996, quand il s’agit de la Saturn mais la console avait auparavant eu droit en décembre 1995 (et uniquement au Japon) à Father Christmas, un disque multimédia adapté du long-métrage britannique de 1991, incluant le film dans une compression CPK assez dégueulasse ainsi qu’un petit jeu éducatif de devinettes géographiques.

1 « J'aime »

J’en conclus que les Joyeux Noël se font depuis le topic Saturn… Joyeux Noël tout le monde ! :tada:

Nouvel entretien court mais passionnant (et traduit en anglais) avec Satō Hideki, l’architecte des consoles Sega, sur la conception de la Saturn. Ca recoupe des infos connues vu le nombre d’interviews qu’il a données récemment mais il y a quelques perles et surtout une bonne recontextualisation du développement chez Sega à l’époque, et de leur relation avec Sony. L’entretien vient à l’origine du nouveau magazine électronique (i.e. site payant) Beep21 qui vient de se lancer.

※Must Read※ New Hideki Sato Interview on the Saturn

Il me semble que c’est devenu une tradition de fin d’année mais Mikado a organisé un tournoi de Hanagumi Taisen Columns mercredi (ça commence à 16m50s). Je suis d’ailleurs étonné qu’on n’ait jamais eu de Ryū Ga Gotoku Columns.

Bougez pas, j’ai votre bonne résolution de 2022 : jouer à la Saturn. Pensez-y pour le prochain confinement !

image

Par exemple, vous vous rappelez peut-être Nekketsu Oyako dont @nova avait déjà remarqué le punch l’année dernière. C’est justement le sujet de la nouvelle vidéo de SLX.


image

En parlant de beat’em ups, Three Dirty Dwarves était au programme de l’AGDQ ce mercredi. J’espérais que ce soit une speedrun en trouple (ou mieux : une seule personne contrôlant trois persos), vu que c’est la principale attraction du jeu, mais c’est finalement une attaque de temps en solo très classique. Par contre, ça dure moins d’une d’heure et le commentaire est très sympathique.


Si vous rêvez, vous aussi, de passer à l’AGDQ, vous pourriez par exemple apprendre à speedrunner Gunblaze S, comme cette charmante jeune Japonaise (qui parle aussi de bosser l’Any% d’Azel un de ces jours). Ça ne lui prend que trois grosses heures et c’est un RPG à thématique Western qui a probablement mieux vieilli que Wild Arms.


En parlant de mesure du temps, l’année 2022 commence en donnant enfin à l’Humanité une bonne raison de porter une montre à l’époque des smartphones. J’attends avec impatience la
vidéo de Frank sans C consacrée à ce bel ouvrage.



On vous a malheureusement déjà offert une Rolex à Noël ? Consolez-vous (littéralement) avec une Samsung Saturn, dont voici une chouette vidéo de présentation. Je ne sais pas s’il fait du cinéma à la fin ou si le marché rétro a vraiment explosé à ce point depuis le COVID mais ça se trouvait encore à Séoul pour un « raisonnable » 400.000₩ (soit environ 340$) circa 2019, ce genre de bidule.


Vous n’avez pas de moyen d’acheter les jeux ?Pour les simples mortels qui n’ont pas récupéré de Satiator, les bidouilleurs de Fenrir ont trouvé une solution pour installer leur ODE sans niquer le lecteur optique.

En parlant de Nekketsu Oyako, un dev de la version arcade a partagé de la doc relative au jeu (qui avait échoué à l’étape du location test) récemment sur Twitter.

Tiens, j’avais loupé que Sonic R était également programmé à l’AGDQ mais il est manifestement passé il y a quelques heures.

Beaucoup de développements amateurs de jeux originaux et projets de traduction de bons jeux Saturn ont été mis en branle (et dans certains cas menés à leur terme) ces deux dernières années. Voici trois vidéos sorties ce week-end sur ces sujets connexes.

① Si vous n’avez que vingt minutes devant vous, SLX revient sur une dizaine de récents patches de traduction recommendés.

② À la fin de sa vidéo, il mentionne la traduction presque terminée de Fire Pro Wrestling S: 6 Men Scramble. Voici un stream de démo de ce patch qui détaille la traduction.

③ Si vous avez un peu plus de temps devant vous, le concours (désormais manifestement biennal) de développement amateur de la communauté SegaXtreme s’est de nouveau déroulé en fin d’année dernière et voici le résultat complet divisé en deux catégories : les jeux originaux ou portages (à 2m52s) puis les patches de traduction et utilitaires (à 42m58s) avant de mentionner quelques projets à venir (1h22m22s) dont l’ambitieux Noah & The Poohloudies. Il y a encore du chemin pour les jeux originaux…

Y a une raison particulière, comme l’accès à des outils de développement, ou bien c’est juste la scène qui a atteint une masse critique ?

Ou alors il reste plus que ça à fantranslater, le reste est déjà sorti ?