Qu'ouije? T'entends?

Mais oui !

1 « J'aime »

J’ai jamais entendu une NES sans puce supplémentaire sonner comme ça, le niveau technique est maboulos


Ah mais c’est une meuf ??? Son travail est remarquable, des barres à chaque fois


Brillant


2 « J'aime »

Dans mon bingo 2024, je n’avais pas misé sur ce retour :

Beth Gibbons - ‹ Floating On A Moment ›, from the upcoming album Lives Outgrown out 17th May on Domino Record Co.

Dans la lignée folk de son Out of Seasons (2002), avec des thèmes encore plus Portishead/20.

France Musique :
Sur cette œuvre bouleversante, Beth Gibbons se met à nu dans une réflexion sur la maternité, l’anxiété, la ménopause, qu’elle décrit tour à tour comme "un audit massif, une chute colossale qui vous coupe les jambes ", et inévitablement, la mort. « J’ai réalisé à quoi ressemblait la vie sans espoir », explique l’artiste en rajoutant "Et c’était d’une tristesse que je n’avais jamais ressentie. Autrefois, j’avais la capacité d’influencer mon destin, mais lorsque vous êtes en conflit contre votre corps, vous ne pouvez pas le contraindre à agir contre sa volonté ".

J’ai eu la chance rare de discuter dix bonnes minutes avec elle il y a quelques années, dans un MK2 parisien à la première d’un doc consacré à sa Symphonie des chants plaintifs d’Henryk Górecki. Elle était solaire et rieuse, à contre-pied de son image habituelle et ravie de rencontrer son public. (J’ai appris que son garçon joue trop aux jeux-vidéo et que ça désolait sa pauvre mère — j’ai tenté de la rassurer ce ce point en lui conseillant de jouer avec lui parfois pour mieux comprendre l’attrait mais pas sûr qu’elle ait suivi mes conseils. En tout cas, elle s’est mis à Midjourney entre temps).

4 « J'aime »

Tout ce que fait ce mec


Quelle tuerie



Beyonce qui sort un album country, la prod dépote sur cette compote


A ne pas confondre avec le vrai morceau


Je sais qu’il y a des amateurs de ROB ici

3 « J'aime »

en 2023 ma fille m’a piqué mon compte de streaming pour se faire une playlist, j’ai récupéré les données et écrit une visualisation à partir de ça (attention ça peut ramer sur mobile), c’est marrant de voir :

  1. qu’elle a des goûts de vieux
  2. comment un genre musical apparaît au cours de l’année au fil des suggestions de l’app
  3. comment le barycentre de ses goûts musicaux bouge (peu) du rock vers la pop avec une vaine tentative de prise de pouvoir par le punk
  4. qu’elle a eu une période aerosmith…

image

3 « J'aime »

Elle a bon goût, en tout cas. Loin de moi l’idée de démoraliser tout le monde sur ce forum mais elle a quel âge désormais, du coup ?

16 ans, soit environ 3 reboots de boulette

3 « J'aime »

Mec faut sortir la loupe là

t’es pas en pleine formation codeur toi ?
tout est open source et tu peux éditer directement dans le navigateur !

  • click on view > editor
  • go to line 157
  • edit fontSize = 26.0
  • click play

2023 musical retrospective (presbyopic version)

image

6 « J'aime »

Beaucoup mieux merci, en revanche quid des codes couleurs ? Pourquoi il n’y a pas de test de collision entre les grappes de texte (on voit rien en grappe) ? A quoi correspondent les axes X et Y ? Non vraiment, je ne peux pas aller au dessus de 13/20 monsieur. En revanche ta fille a bon gout (même si ça manque un peu de synthétiseurs tout ça).

Nirvana

Dingues les gouts de ta fille, Tam. Quand tu dis 16 ans, c’est bien en années bissextiles ?

J’avais des envies de Nirvana récemment donc je me suis refait tous les fonds de tiroirs, les démos dictaphone depuis Fecal Matter, les live et même des covers IA. L’occasion de découvrir des assemblages intéressants où des démos sont compensées par des pistes jouées par de vrais groupes, approchant un rendu de jam studio.

Rob(in Coudert)

Merci beaucoup Ono pour l’interview Gonzaï, j’étais complètement passé à côté de son projet Summercamp l’an dernier et j’ai failli loupé ton ninja-edit en plus de ça.

1 « J'aime »
2 « J'aime »

Sortant fraîchement de Ghostrunner, j’ai fort logiquement certaines de ses musiques en tête ces temps-ci, notamment celle ci-dessous.

1 « J'aime »

Je bloque en ce moment sur le morceau « Ekuté », une collaboration entre Pino Palladino et Blake Mills.

Pour être honnête, je ne connaissais pas Blake Mills qui a l’air d’être un compositeur producteur très connu dans le milieu de la folk. En revanche, je connais davantage Palladino qui est un bassiste assez singulier : il a collaboré avec énormément de personnes différentes et il a un jeu toujours un jeu très inspiré et pourtant discret.

Pour la petite histoire, il est connu pour jouer sur deux basses principalement, dont une Fender Précision. Dans les années 90 le son de la Précision était carrément ringard et les producteurs n’en voulaient pas dans leurs mixs. Mais voilà, D’Angelo, pour son album Voodoo compose les lignes de basses et demande à Pino Palladino de les jouer sur sa Précision. L’album est ovationné et le son de basse de Pino redéfini tant le bazar que jusqu’à maintenant la Précision Basse est encore la « Go to bass » de la majorité des bassistes de studio.

Quoi qu’il en soit, il existe un très joli Tiny Desk de la collab entre Blake Mills et Pino Palladino avec une très très belle version de « Ekuté ». À noter également que c’est le génial Sam Gendel au saxophone qui collabore aussi avec Knower.

Vous pouvez écouter « Ekuté » à 7:50.

P.S. : @Onosendai j’ai bien vu tes appels du pied pour se mettre sur la tronche, prépare-toi !